Rechercher
  • Marc Meganck

Le nombril


« J’ai quitté ma famille, mes amis, mon pays. Je suis en sécurité. Mais est-ce que je suis vraiment heureux ? » Dixit un réfugié birman qui, pendant deux jours, a traversé les montagnes qui séparent la Birmanie de l’Inde pour fuir la répression de la junte militaire… Pendant ce temps on mate son nombril ouest-européen dans le miroir. On attend le retour des petites libertés en oubliant celles qui sont fondamentales. On zyeute l’ouverture des tranchées commerçantes et des shopping malls. On guette la reprise des tour-opérateurs, des tarmacs, des paquebots et des croisières qui font mumuse. On irait bien prendre quelques photos en Syrie, au Yémen, en Libye, en Irak – il y a du soleil là-bas, des plages pour glander sur le sable, des cartes postales derrière l’horrible. Pendant ce temps c’est bim ! bam ! C’est la boum ! C’est spritz et pédalo au bois de la Cambre. C’est prosecco à emporter devant « les Games ». On vit « au quartier » comme on ne l’avait jamais fait. On joue à se l’approprier jusqu'aux lisières – après ? trop loin, trop différent. Pendant ce temps, dans les hautes sphères, on « sofagate » à Istanbul, on tire au canon à Londres pour honorer la mémoire d’un très vieux prince, on compte et décompte à Bruxelles – des chiffres, des chiffres, des chiffres… et si peu de lettres. On éructe et on s’offusque en mode silencieux, façon mollasson et paillasson. La révolution est pour les autres, pour l’ailleurs, pour le verso du monde. Ici on attend le plein retour du confort. La bouche ouverte, la panse pleine, la rébellion écrasée dans le cendrier. On fout un masque sur les idées élevées. On joue la carte de la bien-pensance en blouse blanche. On se caresse le nombril, genre tout ça est bientôt derrière nous et que reprenne la machine. On peut être fier de nous. « J’ai quitté mon bureau, mes collègues, mon McDo. Je suis en sécurité. Mais est-ce que je suis vraiment heureux ? » Dixit un occidental déchu qui, pendant un an, a traversé son salon de long en large pour fuir l’ennui de la crise sanitaire…



Photo : Unsplash

60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ataraxie

Fatum