Rechercher
  • Marc Meganck

La puissance des petits


Un divorce à l’amiable ? Expression d’une ambiguïté crasse qu’il faudrait peut-être considérer à sa juste valeur… Une annonce le vendredi midi, une autre l’après-midi, une autre encore le samedi. Pour tout détricoter, complexifier – pas de panique, nous dit-on, c’est dans les mœurs du pays, cela participe aux us et coutumes, à cette belgitude rigolarde et pépère qui prend l’eau, ce liquide visqueux que de moins en moins d’adeptes ont ni le goût ni l’envie d’ingérer. Un peu de hauteur, Mesdames et Messieurs les politiques, un peu de respect de la fonction – la vôtre –, de la mission – la vôtre aussi. Le changement d’heure n’autorise pas le brouillard, pas plus que les insomnies et les suppositoires. La faute à qui ? Réponse impossible et qui n’éclaircirait de toute manière pas le débat ? Mais il y a lieu – et urgence – à simplifier le propos, le décisionnel, à accorder les violons ou l’instrument de votre choix – le vôtre, une énième fois. La date de péremption de la lasagne institutionnelle est plus que dépassée. Et pendant ce temps, les petits, dans le sens noble ici, les enfants de moins de douze ans (notre avenir à préserver), sont encore autorisés à se battre sur un tatami, au corps-à-corps, peau contre peau, sueurs mélangées, salives en partage – pour combien de temps ? Quel est donc ce pays imaginaire, cette aberration ? Savoir dire stop. Prendre de la hauteur, Mesdames et Messieurs, pour décider en bonne intelligence. Opter pour la ligne claire, éviter les ombres. « L’urgence du moment » ne chatouille visiblement pas suffisamment les ego et les ambitions carriéristes. C’est magnifiquement dramatique et révélateur d’un système qui est arrivé en bout de course. Or tout, oui tout, comme cela n’a sans doute jamais été si évident, est réuni pour passer à autre chose – qui sait, de grand, de beau, d'exaltant ? Retirer les œillères. Se pencher sur la page blanche qui offre tant de possibles. Effacer la frontière, se jeter à l’eau, au terme du pays et du continent, dans l’écume et renaître, autre. N’ayez crainte : « Ce cœur finira par être au bon endroit et c’est partout nulle part / Et nulle part est amour qui hurle en tout lieu le temps d’une paix éclair » (Paz, Paix éclair).

Photo : Unsplash

65 vues

©2020 par marcmeganck. Créé avec Wix.com