Rechercher
  • Marc Meganck

Encore cinq minutes !

Dernière mise à jour : 6 juil.


C’est un mantra ânonné la bouche pâteuse, les yeux fermés et les idées confuses. Encore cinq minutes ! Un ordre donné au conjoint qui gît à l’autre bout du lit, ou alors au réveil hautain sur sa table de nuit, au téléphone qui vibre dans les draps défaits. Un report. Un sursis. Un matin qu’on souhaite prolonger étendu. Entendu ? Cinq minutes… Une durée dérisoire qui ne règle rien et qui, au contraire, par répétition et accumulation, aggrave l’état de somnolence et empêche tout réveil honorable. Juste cinq minutes ! Promis, juré, couché ! Cet espace-temps dont la limite est sans cesse reportée a des accents dramatiques. Car il finit toujours par se heurter à un verdict cinglant : trop tard ! en retard ! tant pis ! Cinq petites minutes pour tenter de replonger dans les limbes de la nuit, dans les rêves de minuit, pour rattraper les visions et les charmes oniriques, éloigner les songes-mensonges, éteindre les cauchemars. Cinq, dix, quinze… Des minutes grattées au programme du jour pour cause d’ébats, de nouba, de gueule de bois. Vingt, vingt-cinq, trente... Des minutes pour oublier l’inéluctable, le métro-boulot-sans-dodo. Des minutes qui s’allongent, qui deviennent des quarts d’heure périlleux, des demi-heures problématiques, des transports ratés, des rendez-vous manqués, des gens irrités. Un cortège de tracas pour avoir goûté un plaisir éphémère. Allez, encore cinq minutes !



Photo : Unsplash

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout